Tous les deux ans, les mouvements sont au rendez-vous du côté de la FIBA. Et si certains arbitres décident d’arrêter ou de prendre une année sabbatique, certains découvrent la FIBA pour la première fois. C’est le cas de nos deux arbitres français, Edgard Ceccarelli et Laure Coanus.

A long terme, j’ai envie d’arbitrer les meilleurs matchs des meilleures compétitions de basket-ball. Je veux apporter ma touche aux prochaines générations. 

Edgard Ceccarelli pour Referee Time

Edgard Ceccarelli, 27 ans, déclarait à nos équipes il y a peu de temps que pour rester en Jeep Elite, il faudrait « du sérieux et de la régularité ». Et bien son sérieux et sa régularité sont allés bien plus loin que les premières divisions françaises (JeepElite & LFB). De même pour Laure Coanus. L’arbitre de 25 ans est avant tout une joueuse. Joueuse de NF3 et stoppée dans sa progression par une blessure, elle déclarait à Sportricolore que son souhait « était alors de découvrir un nouvel aspect de son sport, un autre point de vue, tout en restant sur le terrain. ». Elle pourra désormais découvrir une nouvelle facette de l’arbitrage, avec Edgard, au niveau européen.

Comment ça marche ?

Pour être FIBA pour la première fois, il faut avoir moins de 35 ans et être en première division nationale depuis deux ans minimum. Cette saison, la France compte 12 places FIBA, contre 13 la saison passée. Suite à l’arrêt de deux arbitres internationaux français, la France a donc proposé deux nouveaux arbitres à la FIBA.

Edgard et Laure, de leur côté, entameront leur périple européen lors de la saison 2021-2022, en septembre, pour une durée de deux ans minimum, s’ils réussissent l’examen pour passer arbitre international.

Crédit photo :
Laure Coanus : Romain Biard – Isports
Edgard Ceccarelli (dans l’ordre d’apparition) : Teddy Picaude & Shoot’Lo